Le 1er mai 2019, nous avons honoré Abraham Noah’ Lipszyc, qui habitait avec sa femme Esther et leurs deux enfants Joseph-Aron et Myriam au 5 rue des Cordonniers à Strasbourg:

  • Abraham Lipszyc, dit Lipschutz, né en 1890, arrêté le 29 mars 1944 à Périgueux, interné à Drancy et déporté en 1944 à Auschwitz où il fut assassiné le 18 avril 1944.

Abraham Noah’ Lipszyc (dit Lipschutz) est le fils de H’ayim-Alter Lipszyc et de Freyda Herrskorn. Il est né à Skierniewice en Pologne en 1890 dans une famille de relieurs, imprimeurs, libraires. Il se marie en 1914 avec Esther Lipszyc Ils ont deux enfants, Joseph-Aron (né en 1917) et Myriam (née en 1921). Plusieurs photographies sont disponibles, jeune homme, en Pologne, puis époux et père de famille :

Il vient avec sa famille à Strasbourg en 1924, où il installe un atelier de reliure et imprimerie, d’abord au 21 rue d’Or, puis au 5 rue des Cordonniers (où ils habitent également), Plusieurs documents illustrent la vie et l’activité professionnelle d’Abraham Lipszyc:

Attestation patronale d’Abraham pour son fils Joseph-Aron
Recensement de 1936 indiquant les quatre membres de la famille Lipszyc, au 5 rue des Cordonniers

Ils sont évacués à Périgueux fin 1939, où il travaille dans l’imprimerie municipale. Plusieurs documents, y compris posthumes, attestent de la présence d’Abraham à Périgueux, et de son activité professionnelle au sein d’une imprimerie coopérative:

Il est pris dans une rafle le 29 mars 1944, puis est emmené à Drancy, et de là il est déporté à Auschwitz par le convoi 71, parti le 13 avril et arrivé le 16 avril 1944, où il est assassiné le 18 avril 1944.

Note d’arrestation d’Abraham Lipschutz

Au cours de ce voyage, sans que l’on sache où, il trouve le moyen d’écrire sur une feuille de facture un mot à son épouse, qui sera la dernière lettre, la dernière trace conservée d’Abraham, où il essaie de la rassurer sur son sort:

Nous reproduisons ici la traduction en français de cette lettre écrite en allemand

(Ma) chère femme ! On va partir ce soir on ne sait pas où. On espère que que tout ira bien. Est-ce que mon patron [mot illisible] ? Est-ce qu’Aron a écrit de Cherbourg ? Ne perds pas courage, le Bon Dieu va nous aider, on espère pour le mieux. J’espère que tu vas voir que tout ira bien. (Je) t’embrasse.
ton Abraham
[ Mr Grünbaum et Blum est avec moi ]

Plusieurs documents évoquent la situation administrative de l’entreprise pendant et après la guerre:

En 1949, le ministère des Anciens combattants et Victimes de guerre délivre un acte de disparition, et sa copie:

Enfin, vous trouverez en lien des discours prononcés le 1er mai lors de la pose de la Stolperstein honorant leur grand-père Abraham: